Onglets-menu

lundi 11 juillet 2022

Une histoire d'amitié, de livres et de créativité.



C’est une histoire d’amitié, que je vais vous conter aujourd’hui. 

Je vais être obligée de vous faire la version courte, parce que si je vous fais la version longue, nous connaissant, on y sera encore très tard cette nuit. 

C’est l’histoire d’une jeune française folle de lecture qui, en 2015, tombe un jour sur un article de blog. Un article qui s’intitulait « Les mots » et dans lequel je partageais mon amour intense et ancien pour l’écriture. Des années plus tard, cette même jeune femme s’est expatriée à Sheffield, dans le nord de l’Angleterre, et voilà qu’une pandémie mondiale se répand et bouscule tout sur son passage. Elle continue de me lire sur papier et de me suivre sur les réseaux sociaux.


REGARDER LA VIDÉO ICI


Alors que je suis enceinte de mon quatrième enfant et que notre propriétaire décide de vendre la maison dans laquelle on est pourtant si bien, les parents de cette même jeune fille, qui, eux, vivent à Londres, se retrouvent dans la même situation. Brittany, puisque c’est son nom, leur conseille alors de jeter un oeil à Folkestone, petite ville en bord de mer à une heure de Londres, où la vie est moins chère que dans la capitale. Elle leur explique qu’une romancière dont elle suit le travail depuis des années s’y est expatriée, et que ce qu’elle en montre "vend du rêve". Curieux, ils s’exécutent, tombent amoureux de l’endroit, y trouvent un appartement et y emménagent dans la foulée. Moi, j’apprends ça les yeux ronds, complètement abasourdie de réaliser que ce que je partage peut changer la vie des gens jusqu’à les faire s’installer là où j’habite. On finit par rencontrer ceux qui sont donc les parents d’une de mes lectrices, que je n’ai pourtant jamais vue de ma vie. Et son papa, c’est le fameux François qui, à notre emménagement, devient plus ou moins le maître d’oeuvre des travaux de notre nouvelle maison.

Les semaines passent et, à distance, puisqu’elle vit toujours à Sheffield, on fait connaissance, avec Brittany. On sympathise. Elle sait déjà beaucoup de moi - forcément, ça fait des années qu’elle me « connaît » à travers l’écran. Moi, je ne sais encore rien d’elle mais plus on discute, plus je m’attache à sa personnalité déterminée, à son entrain, à la ténacité qu’elle manifeste à vouloir qu’on soit amies, en dépit des névroses qui m’animent et qu’étrangement, avec elle, je ne cherche pas à cacher. Quand enfin je lâche prise, c’est comme un coup de foudre. Elle devient en très peu de temps la soeur que j’ai rêvée mais que je n’ai jamais eue, celle qui me manque au bout de deux heures sans se voir et avec qui il devient vite rare qu'on ne communique pas tous les jours.

Croyez-le ou pas, quelques mois plus tard, elle et son amoureux ont fait leurs cartons et s’installent à leur tour à Folkestone. Littéralement à cinq minutes de chez moi. Voilà. C’est fou, quand j’y pense. C’est même extraordinaire. Depuis, on se voit plusieurs fois par semaine, et notre compteur d’heures a bavarder - de vive voix - a explosé !



À tel point qu’aujourd’hui, on vous dévoile un bout de ces discussions, de celles qui auront été les plus créatives, et productives, aussi. Car Brittany, elle est comme moi : elle a besoin de créer pour vivre. Son métier, c’est la couture. Pas n’importe quelle couture, non, non. Elle coud des chouchous. Des chouchous géants, des chouchous que vous ne verrez nulle part ailleurs. De chouchous chunky, colorés, livresques, aussi, puisque sa seconde passion dans la vie, ce sont les livres, vous l’aurez compris.



De cette amitié inédite est née une collection capsule tout aussi inédite. Parce que j’aime ce qu’elle fait, et qu’il m’a toujours tenu à coeur, aussi, de soutenir le travail des petites créatrices, qui, comme moi, rêvent de vivre de leurs productions uniques. Une collection de merveilleux chouchous inspirés des couvertures de chacun de mes ouvrages. Des sublimes couvertures, devrais-je dire d’ailleurs, car elles ont toutes fait l’objet d’un travail conséquent et que le résultat m’a toujours émerveillée. Alors, les voilà. 


« Paranoïa »





« Miroir »




« Bientôt Maman »




« Comment te dire »




« Enlève-moi »



Cinq chouchous qui sont désormais disponibles sur sa boutique, qui sont aussi beaux que gros, qui sont créés et faits maison, et qui tiendront vos cheveux en douceur et avec style pendant vos pauses lecture. 

Autant vous dire que cette histoire d’amitié est maintenant scellée… dans le tissu ! 




C’était pour nous une évidence de travailler ensemble sur un tel projet. On a pris un plaisir fou à tout penser, à choisir les tissus, à les mixer pour les faire coller au plus près aux tonalités des couvertures que de l’univers de mes livres. Il y en a des romantiques, des tous doux, des rock’n roll. Du bleu, du blanc, du noir, du violet. De la gaze de coton au simili-cuir, de l’uni aux imprimés, il y en a forcément un qui vous plaira ! 



Les chouchous seront disponibles dès maintenant et le seront pour quelques mois, mais on vous propose aussi, en édition très limitée, de vous offrir les livres qui les ont inspirés, et même de les recevoir dédicacés et accompagnés de marque-pages exclusivement imaginés pour l’occasion. N’hésitez pas à naviguer sur le site pour voir tout ce qu’on vous a concocté.




Soutenir son travail en achetant ce qu’elle propose avec cette collection, c’est aussi soutenir mon travail d’auteure, puisque Brittany me reversera un pourcentage des bénéfices. Vous offrir les chouchous, les livres ou les marque-pages de cette collection, c’est vous faire plaisir, d’abord, mais bien au delà, ça revient à soutenir notre potentiel créatif, c’est soutenir deux femmes qui travaillent d’arrache-pied pour produire de belles choses et qui ne laissent aucun détail au hasard. 



N’hésitez donc pas à vous rendre sur le site de Brittany, à savoir « Your Chouchou », et à découvrir cette collection capsule qui n’est autre que la concrétisation d’une amitié qui génère des idées à n’en plus finir… 





Nous avons hâte d'avoir vos premiers retours ! 



Melissa Bellevigne


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je lis absolument tous les commentaires, même si je ne peux pas forcément répondre à chacun d'entre eux - malheureusement. NB : il n'est désormais plus possible de commenter en "anonyme" (pour commenter, il faut juste créer un compte Google, c'est gratuit). De plus, les commentaires empreints de méchanceté gratuite / haineux / racistes - et j'en passe - ne seront pas publiés. Peace !