Onglets-menu

lundi 7 octobre 2019

Pourquoi "Golden Wendy" ?



C'est marrant, ça fait bientôt 7 ans que j'ai ouvert mon blog, 6 que j'ai une chaîne YouTube et que toutes mes vidéos ou presque ont commencé par "bonjour tout le monde, c'est Melissa", et pourtant, au moins une fois par jour, on continue de m'appeler "Wendy", que ce soit par mail ou sur les réseaux sociaux. En vrai, moi, ça me fait beaucoup rire. Y'en a qui le prendraient mal, qu'on les appelle par le nom de leur chien, mais alors moi, ça me fait carrément marrer. Je trouve que c'est limite un honneur dans le fond, d'autant plus que ce pseudo remonte à l'été 2009, alors que la p'tite Wendy, elle n'était même pas née. Et mercredi 25 Septembre, elle a eu 10 ans. 10 ans !


    - LE PODCAST DE CET ARTICLE -

    A NOTER QU'IL COMPORTE BEAUCOUP PLUS DE CLICHÉS QUE L'ARTICLE,
    N'HÉSITE DONC PAS À LE CONSULTER EN PRIORITÉ, IL Y A DES PHOTOS-DOSSIER ! 






D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours rêvé d'avoir un chien. Un chien à moi, un chien chez moi, plutôt de grande taille, avec une gueule de nounours. Et y m'semble qu'à peine installée avec Denis, dans notre propre appart', j'ai commencé à le tanner pour qu'on en prenne un. Lui ça lui manquait un peu aussi, je crois, parce qu'il en avait un, de chien, une petite Maya qui à l'époque vivait toujours dans la maison de ses parents et qu'il ne voyait plus que rarement, comme il était parti de la maison depuis des années.




On habitait à Annecy. En juillet 2009, on a fêté notre premier anniversaire "de couple", et pour l'occasion, mon amoureux m'a fait le plus beau cadeau que je puisse imaginer : une enveloppe contenant un "bon pour un toutou". Ce soir-là je crois que j'étais comme une môme de 5 ans, si vous saviez ! Sitôt rentrée on s'est mis à regarder où on pourrait trouver notre Golden Retriever, car tous les deux nous avions eu un coup de coeur sur ces chiens-là. D'où l'origine du pseudo d'ailleurs, qui remonte à cette période où j'avais créé un compte sur un forum canin pour me renseigner et entrer en contact avec d'autres propriétaires de Goldens Retrievers. D'où le "Golden", donc, le "Wendy" étant le p'tit nom qu'on avait rapidement choisi avant-même d'avoir ledit chien.  On a eu envie d'aller en voir "en vrai", on est allé à Méry, en Savoie, pas très loin de chez nous, et un certain Monsieur Exertier, passionné à n'en pas douter, nous a présenté son magnifique "Ancelot" : une peluche avec une bonne grosse tête de nounours, un côté pataud et robuste à la fois, une bonne humeur perpétuelle - en gros, le chien de mes rêves. Avec Denis on a complètement craqué. En Août, on apprenait que l'amoureuse d'Ancelot, une chienne nommée Bloo, portait des bébés. Et le 25 Septembre, elle donnait naissance a une portée - je vous dis pas le souvenir précis qu'on a de ce coup de fil qui a véritablement changé notre vie. Avec Denis on se souvient encore précisément de là où on était, avec qui et à quelle heure, quand on a reçu ce coup de fil et qu'on s'est dit "ça y est ! On va adopter notre chien !". Sans rire avec le recul je crois que je peux dire qu'à cette époque ça avait autant d'importance à nos yeux que la décision, trois ans plus tard, d'avoir notre premier bébé. Notre petite Wendy, on l'a donc vue à plusieurs reprises avant qu'elle n'arrive à la maison, quand elle avait encore ses p'tits yeux tous fermés, quand elle a commencé à marcher en se rétamant tous les dix centimètres, et puis le jour J, en décembre 2009, quelques temps à peine après notre tout premier anniversaire de mariage.



J'm'en rappelle comme si c'était hier, de cette boule de poils toute ronde et toute duveteuse, j'ai jamais rien vu de plus mignon depuis, clairement un bébé Golden c'est le truc le plus craquant du monde, selon moi. J'me rappelle de ses petits chouinements la première nuit parce qu'elle voulait pas rester dans la cuisine et qu'elle avait finit dans notre lit au petit matin. J'me rappelle de ces jouets qu'on s'attendait à ce qu'elle détruise mais qu'elle avait toujours, presque intacts, plusieurs années après, tellement elle a toujours été du genre première de la classe (bon, on a eu la version cancre-destructrice avec Lou quelques années après, elle bien fait remonter le niveau de destruction, du coup). J'me rapelle de ce dimanche matin où on était en pyjama et qu'on avait regardé "Hook - la revanche du Capitaine Crochet" avec elle sur mes genoux qui semblait fascinée par Dustin Hoffman. C'était trop trop mignon.  J'me rappelle de nos allers-retours dans la vieille ville pour aller chercher des sushis, et de la p'tite Wendy haute comme trois pommes qui faisait l'aller mais qui se plantait par terre en regardant Denis quand on ressortait du restaurant avec notre sac à la main, en mode "heu, non mais là, les gars, va falloir me porter, je marche pas jusqu'à la maison, moi".



Wendy, elle est arrivé un an après notre mariage, mais elle est toujours là. Elle a tout vu. Elle a assisté aux moments les plus forts de notre vie. Mon premier job. Nos soirées à jouer aux Mille Bornes avec notre apéro pendant qu'elle roupillait tranquillement dans son panier à côté. Notre weekend à Montélimar avec ce gros orage qu'elle avait trouvé si effrayant qu'elle avait dormi dans un placard de la chambre d'hôtel parce que c'était le seul coin où elle ne tremblait pas comme une feuille. Notre premier déménagement. Ma première grossesse. Je me souviens très bien d'elle le jour de mon accouchement, des gros patins de neige qui tombaient dehors, de l'avoir fait manger et de lui avoir dit "à bientôt" avec la voix un peu bizarre, ce matin de décembre, alors que j'avais de bonnes contractions, que je savais que je ne reviendrai pas toute seule, et que Denis était parti à la boulangerie se prendre un sandwich qu'il mangerait à la maternité. Je me souviens de lui qui était revenu de l'avoir sortie et nourrie, le soir-même après la naissance, mort de rire, en me disant qu'elle avait aboyé pour la toute première fois de sa vie sur un bonhomme de neige que les gosses des voisins avaient fait devant le hall d'entrée de notre immeuble.



Après ça, il y a eu un autre déménagement, une deuxième grossesse, un deuxième bébé, c'est à dire pas mal d'abaissements de son niveau de vie à elle puisque deux mômes se précipitaient désormais vers elle pour lui choper les poils, mâchouiller ses jouets ou squatter son panier. Et puis l'arrivée de Lou, en 2017, a été le point de non-retour de sa tranquillité. Autant les enfants, elle s'en était à peu près accommodé, autant faut reconnaitre que quand Lou est arrivée et ne l'a plus lâchée d'une semelle, on se marrait autant qu'on s'en voulait quand on la voyait nous regarder avec des yeux désespérés qui nous disaient "mais pourquoi ? pourquoi moi ?". Et Wendy, elle a toujours préféré le calme, une certaine solitude... et le confort. L'autre nouille qui lui collait aux basques (et qui la colle toujours), ça l'a pas ravie au début. Cette minus qui six mois plus tard ferait 10cm de plus qu'elle et qui prenait toute la place dans le panier (quand elle ne le réduisait pas en miettes), ça l'amusait moyen, tiens. Pourtant nous, on sait que c'est un peu grâce à cette copine plus ou moins futée que Wendy a retrouvé une "deuxième jeunesse", comme on dit. Lou l'a obligé à bouger, à jouer, à chahuter, ce dont elle avait besoin vu son côté mémère qui, avec un peu d'exercice, pourrait tenir un peu plus la forme. Finalement le temps passant elle s'en est fait une copine, et je sais que même s'il leur arrive de se chamailler, elle l'aime, le louveteau. Oui parce que les rares fois où Lou n'est pas à la maison avec elle, Wendy commence par se prélasser tranquillement car elle savoure la paix retrouvée, mais le moindre craquement et elle se précipite vers la porte en mode "c'est ma copine qui r'vient !". Disons qu'elle a pas tellement envie de l'admettre mais qu'elle n'a sans doute plus tout à fait envie d'être l'unique chien dans la maison.




Alors, vous savez, c'est un peu étrange et je suis sûre que certaines personnes ne comprendraient pas, mais notre Wendy, c'est la première à avoir fait de nous "une famille". Avant elle, on était un couple. Depuis elle, on est une sorte de clan. Elle est arrivée un an après notre mariage, et depuis, elle a tout vu. Elle a assisté aux moments les plus heureux comme les plus tristes de notre vie. Elle était là dans notre tout premier appart' avec sa déco design et ses murs colorés et qu'on n'avait rien de plus à faire en soirée que de se planter devant Les Simpson ou la console. Elle était là dans le deuxième, quand le Petit Prince a pointé le bout de son nez et que les soirées, et une bonne partie des nuits, se résumaient à tenter toutes les manoeuvres possibles et imaginables pour faire cesser ses pleurs qui parfois nous retournaient jusqu'à ce qu'on craque et qu'on pleure à notre tour parce qu'on n'y arrivait pas. Elle était là dans le troisième, quand on a quitté la maison un dimanche d'Avril vers minuit, notre petit garçon dans les bras pour le déposer chez les voisins et filer à la maternité accueillir le Petit Coeur. Elle était là quand on a pris la décision de se lancer dans l'aventure de l'expatriation, elle était dans ce Van blindé qui nous a conduits vers une nouvelle vie. Elle était là, au rez-de-chaussée, cette nuit d'Octobre 2018 que j'ai passée à l'étage, éveillée et secouée par une douleur extrême qui se changerait une véritable bénédiction au petit matin, avec l'arrivée d'un troisième bébé qui viendrait concrétiser dix années de mariage. Et Dieu sait ce qu'elle partagera avec nous encore dans les années qui viennent.



Un chien c'est pour la vie. C'est un compagnon de route, et en ce qui nous concerne, un membre à part entière de notre famille. C'est incroyable quand on y pense, ce à quoi peut assister un chien, à quel point il peut être spectateur et témoin des journées banales comme des plus émouvantes de notre existence, sans jamais faire la tête, en nous regardant toujours avec ce regard tendre et la queue battante tellement y'a rien d'autre que de l'amour et de l'enthousiasme qui en sort. Notre petite Wendy, elle a eu dix ans il y a quelques jours, et  aussi triste que ce puisse être, je sais qu'elle ne fêtera pas une décennie de plus, je suis réaliste. Mais j'avais trop besoin de lui écrire ça, parce que c'est à elle que ça s'adresse, tout ce que je viens d'écrire, finalement.




A elle qui a partagé tant de notre vie, qui a été le premier gros cadeau qu'on s'est fait l'un à l'autre et qui chaque matin nous fait la même fête quand on se lève, et chaque soir nous quémande de la bouffe avec une détermination qui force le respect. La p'tite Wendy, j'ai pas envie d'attendre qu'elle ne soit plus là pour dire qu'elle était géniale comme chien. Parce qu'elle est là, et elle est géniale, depuis dix ans qu'on la connaît et qu'elle nous fait rire. Elle est fainéante et trop gourmande mais on la fait bouger ce qu'il faut et on la rationne, elle tient la ligne, les gens la prennent encore pour un jeune chien, alors je sais qu'elle a encore de beaux jours devant elle. Ce chien, on y tient tellement, que j'vais vous dire, c'est un sacré compliment qu'on me fait, quand on m'appelle par son prénom.


Et toi ? Y a-t-il une boule de poil qui partage ta vie ?



Golden Wendy


15 commentaires:

  1. À la maison aussi, il y a une mamie golden. Plus de 13 ans qu'elle partage notre vie. Alors oui, aujourd'hui elle décline gentiment et la fin approche. Mais elle est toujours là, à jouer, à demander des calins en continu. C'est ma peluche d'enfance et qu'est-ce que je l'aime !

    RépondreSupprimer
  2. Oh qu'elle est mignonne ! On aurait envie de lui caresser le bidou sur une des photos d'elle plus jeune.
    Chez moi il y a 4 chats et un mandarin qui partagent ma vie. Plus tard, je pense que je prendrai un chien, j'adore les bouviers.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique article et déclaration d'amour à votre boule de poils ^-^

    Ici on a un chat, une femelle née en avril 2014, le même jour que mon beau frère, le meilleur ami de mon chéri, ce qui est assez marrant ^^.

    On l'a eu à un moment pas facile, quand mon mari n'a pas eu son concours.
    De suite elle a été une petite source de chaleur réconfortante.

    Et oui c'est sûr ce n'est pas un chien. Donc oui elle ne va pas venir si on lui dit au pied. Elle va nous regarder, nous snober parfois x).

    Mais à côté de ça on a eu la surprise de la voir nous attendre derrière la porte quand on rentrait du boulot, à croire qu'elle sentait qu'on revenait.
    La joie de la voir venir se blottir contre nous, réclamer des câlins.
    Venir à mes pieds quand je me suis mis à pleurer dans des moments très difficile.

    Elle a vécu deux déménagements déjà.
    L'arrivée d'un bébé, où elle m'a fui pendant une grande partie de ma grossesse. Et chose surprenante ne l'a pas fait pour celle là.

    Parfois on lui dit qu'elle est relou parce qu'elle miaule et gratte à la porte de la chambre dès que l'un de nous a quitté la maison plus tôt.
    Mais la vérité c'est qu'on y tient à notre boule de poils ! On l'aime de tout notre cœur.
    Et quand on essayait d'avoir notre premier enfant et que les mois passant rien n'arrivait, c'était elle qui nous apportait du réconfort.
    Quand elle est tombé de presque 4 étages à quelques mois de mon accouchement, j'ai pleuré en imaginant que notre fils n'aurait pas la chance de la connaître...

    Et franchement l'amour qu'on a des animaux, on peut vraiment la comprendre quand on en a un soit même ^-^.

    J'espère que votre petite Wendy sera encore à votre côté pendant de belles années !

    Belle journée à toi,

    Bises

    Bénédicte

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Melissa,

    Cela fait longtemps que je n’ai plus laisser de commentaire. Mais depuis que tu es passée au format podcast, je suis plus facilement à écouter sur YouTube. Et j’oublie de commenter XD.
    Bref, ce texte m’a touché. J’ai perdu mon chien il y a deux ans, d’un cancer fulgurant. Il a été présent dans ma vie, de façon tellement forte. Nous faisons des tours ensemble dans le jardin, depuis son 1er jour chez mes parents. Je suis venue chez l’éleveur à chaque fois pour le voir, jusqu’à ce qu’on le prenne. Quand j’étais au Canada, j’ai même eu son premier message écrit, qui correspond à rien, mais que j’ai quand même gardé :). C’était un chien exceptionnel et il me manque chaque jour. Et je sais que quand j’en aurai un autre, ce sera différent. Peut être d’ailleurs que ça me fait un peu peur, je ne sais pas.
    Je suis entièrement d’accord avec toi, un chien c’est pour la vie, ça s’assume. Et oui, ça peut faire des bêtises petits mais pas nécessairement. Et ce sont des boules d’amour qui nous attendent et ne nous jugent absolument pas. Quand on passe une mauvaise journée, la boule de poil arrive pour dire bonjour, avec sa queue qui remue dans tous les sens. C’est un magnifique texte que tu as écrit sur Wendy, qui lui rend un bel hommage!
    Bisous
    Bon lundi
    Lauriane
    PS: j’ai eu mes yeux tout humide en lisant ton article. C’est dire à quel point il est beau

    RépondreSupprimer
  5. Oh... Que c'est beau. Oui nos compagnons à quatre pattes sont exceptionnels, et on les aimes tant ! J'ai versé quelques larmes en te lisant car je comprends ce que vous ressentez pour vos chiens, et pour Wendy ici en l'occurrence. Longue vie à elle ! Bises

    RépondreSupprimer
  6. Avec mon chéri on a acheté notre première maison cette année et le jour même de notre déménagement on est allé chercher notre chienne!
    On en parlait depuis un sacré bout de temps !
    Ça fait 1 mois et demi que Prisca un berger blanc suisse partage notre vie ! Je ne pensais pas m'y attaché aussi vite et je n'imagine même plus une sortie sans elle !
    Tout ce que tu raconte me touche au plus haut point. Je trouve ça juste magnifique. Et j'espère que mon chien aura la même vie que ta magnifique Wendy !

    RépondreSupprimer
  7. J’ai une petite border collie brune et blanche! (Lexy) Cette année(2020) elle va sur ces 5 ans, 5 ans déjà qu’elle fait de ma vie un bonheur monstre! C’est le meilleure cadeau dont j’aurais pu rêver! Ces boules de poils nous donne tellement d’amour ❤️ Une grosse caresse à Wendy et Lou

    RépondreSupprimer
  8. Un bel article rempli d'amour. Moi aussi je pense pareil que toi, mon petit Jack Russels de 5 ans, Milo, est un véritable post-it et il est essentiel à ma vie de famille. Nous n'avons pas d'enfant mais c'est tout comme. On est une meute. Je l'emmène partout et profite à fond de lui. C'est le plus loyal de mes amis qui m'accompagne dans les bons moments comme dans les mauvais. Vive nos amis à quatre patte ��❤

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Melissa! Waahou quel beau podcast! Évidemment j’ai pleuré... chez nous c’est pareil, nos chiens sont mes membres de la famille, il nous apportent tant au
    quotidien, c’est tout l’amour du monde! Nous à la maison leur petit nom c’est «ficelle» , «junior » et « oups » !! Merci pour cet article!!! Bonne soirée à ta jolie famille!

    RépondreSupprimer
  10. Tu m'as mis les larmes aux yeux en te lisant, alors je n'ose imaginer en t'écoutant.
    Voilà (déjà) trois semaines que nous avons adopté notre petite chienne, un Shiba-Inu, que nous aimons déjà plus que tout. J'espère pouvoir écrire un article tel que le tien dans une décennie !

    RépondreSupprimer
  11. Oh quelle belle histoire ! Je comprends mieux le pourquoi du comment de ta chaine ;)
    Ici aussi, ma boule de poils est plus qu'importante à ma vie. Un berger allemand que j'aime d'amour. :)

    RépondreSupprimer
  12. L’arrivée de mon chat a été le’ plus grand bouleversement de ma vie. C’est ma grand mère qui est arrivée avec ce tout petit chaton ps’ plus gros qu’une pomme de pain qui avait été abandonné près de notre résidence secondaire. Quelle surprise de boire débarquer cette dame fana de gros chiens avec un chaton dans la poche. Très vite, il est devenu mon meilleur ami, mon ombre, un chat-chien. Un lien indestructible entre ma grand mère, véritable amour de ma vie, et moi. Il est même allé vivre avec elle pour son bien, ne pouvant ps lui imposer une vie en appartement alors qu’un grand jardin et une forêt pouvaient l’accueilir. Quand ma grand-mère est décédée, de la façon la plus soudaine et plus inattendue qu’il soit, il a été le seul à pouvoir m’approcher, à prendre soin de moi dans mon immense peine qui continue aujourd’hui à me pincer le cœur et à me tordre les entrailles à chaque fois que je pense à elle.
    Alors finalement, Moulinet, mon chaton devenu un véritable roi félin représente bien plus qu’une compagnie maintenant que j’habite Seule. C’est le dernier lien physique entre ma grand-mère et moi.

    RépondreSupprimer
  13. Je te suis depuis un petit moment maintenant mais je n'ai jamais laissé de commentaire mais là j'ai trouvé que ton article était magnifique pour Wendy.
    J'en ai versé des petites larmes de te lire (je ne sais pas si ce sont mes hormones, je suis en fin de grossesse).
    Nous avons un carlin à la maison et c'est notre premier bébé à poil, j'espère qu'il seras aussi gentil que Wendy avec notre bébé qui arrive pour décembre.

    RépondreSupprimer
  14. Coucou Melissa!

    Quel bel article sur ta jolie Wendy, mon compagnon et moi voulons aussi adopter un chien. Au début j'étais plus team chat mais il m'a convaincu haha ^^ Il est plutôt du genre Labrador mais moi je le tanne pour un Golden évidemment ;)

    Si un jour tu as le temps et l'envie de nous partager un article sur comment vous vous êtes organisé à l'arrivée de Wendy puis de Loup en terme de poils/sorties/budget nourriture/déménagement etc... N'hésites surtout pas, je pense que ça pourrait aider certaines personnes qui n'ont encore jamais adoptées mais qui l'envisage (y compris moi ^^) :)

    Plein de bisous !

    RépondreSupprimer
  15. Coucou! Ça fait longtemps que je n’ai pas commenté ici :)
    Nous on a un chat, enfin j’ai un chat qui est venu à 1 an vivre avec moi car avec son ancienne maîtresse il y avait incompatibilité de caractère. Du coup c’etait Mon petit bébé, dans mon premier vrai chez moi, j’etais Déjà en couple avec mon chéri, mais il est venu vivre avec le chat et moi après l’arrivee Du chat. Puis on a déménagé pour plus grand, et c’etait Un grand pacha, ses deux maîtres rien que pour lui. Puis en janvier cette année nous avons accueilli pas un mais deux bébés, et depuis même si j’essaie d’avoir du temps pour le brosser, jouer avec lui, je culpabilise de le laisser passer après mes bébés, parce que des jumeaux c’est pas mal de travail... et sans compter ma reprise de travail. Alors une fois les bébés couchés, mon Yoko et moi, on se retrouve à deux quand mon chéri travaille tard le soir et on profite de nos moments à nous. Merci pour cet article qui m’a montré à quel point j’aime mon chat, c’est mon premier bébé, mon pote ☺️

    RépondreSupprimer

Je lis absolument tous les commentaires, même si je ne peux pas forcément répondre à chacun d'entre eux - malheureusement. NB : il n'est désormais plus possible de commenter en "anonyme" (pour commenter, il faut juste créer un compte Google, c'est gratuit). De plus, les commentaires empreints de méchanceté gratuite / haineux / racistes - et j'en passe - ne seront pas publiés. Peace !