Onglets-menu

mercredi 17 juillet 2019

Bientôt la fin de mon allaitement ?




Nous sommes mi-juillet, c'est à dire qu'au moment où je te parle, cela fait bientôt neuf mois que j'allaite mon bébé. Mon objectif pour le Petit Renard comme pour ses deux grands-frères était justement de l’allaiter neuf mois, et je n’en reviens pas de voir qu’on y est déjà ! Bon, par contre honnêtement, c'est pas une science bien précise, un allaitement, et à voir le nombre de questions qu'on me pose toutes les semaines sur les réseaux sociaux à ce sujet, je crois qu'il est vraiment temps que je t'en parle plus en détail. Il y a plein de choses à aborder à propos de l'allaitement, et ne t'en fais pas, je vais vraiment faire mon maximum pour t'éclairer au mieux de mes possibilités, à travers ce post et d'autres qui viendront plus tard. En tout cas, comme la fin de mon troisième allaitement semble approcher, je pense que le plus simple c'est de te parler de ces trois expériences et de te raconter un peu là où j'en suis aujourd'hui.




- LE PODCAST DE CET ARTICLE -







  • Pourquoi 9 mois



Quand j'ai évoqué ces neuf mois sur Instagram, j'ai reçu énoooormément de messages interrogateurs à ce propos. Alors, pourquoi ce chiffre des neuf mois ? La principale raison est toute simple : j'ai allaité mon premier neuf mois, je m'étais donc fixé l'objectif de faire autant pour le deuxième, et en toute logique, par principe d'équité, je souhaitais faire le maximum pour que bébé numéro trois bénéficie au moins de ces neuf mois lui aussi. Et le "au moins" n'est pas un détail, car j'ai dit que ces neuf mois, c'était mon objectif, pas que je me fixais une limite. C'est à dire que si bébé et moi en manifestons l'envie et le besoin, on peut dépasser et poursuivre l'allaitement plus longtemps, ni lui ni moi ne sommes soumis à un quelconque planning, on fait ça au feeling. Mais les neuf premiers mois, j'y tenais, parce qu'en tant que maman j'ai toujours eu à coeur de ne pas offrir plus à l'un qu'aux autres, donc honnêtement je me voyais mal allaiter moins longtemps les cadets que l'aîné. Après bien sûr, je n'étais pas à l'abri d'un pépin comme un engorgement ou une mastite qui dégénèrent, et si pour une raison X ou Y j'avais dû arrêter avant cette date, ce qui m'importe le plus dans le fond c'est d'avoir fait de mon mieux. Mais du coup, tu te demandes peut-être ce qui m'avait poussée à arrêter mon allaitement aux neuf mois de mon aîné, et aux neufs mois de mon deuxième. Parce que les neuf mois finalement chez nous c'est une histoire qui semble se répéter. Une fois que je t'aurai expliqué ça, je pense que tu comprendras un peu mieux là où j'en suis aujourd'hui avec mon troisième.



  • Mon premier allaitement

Alors, parlons un peu de mon premier allaitement. Je me souviens de cette période avec émotion, c'était mon premier bébé, il était assez petit (2,7kg à la naissance) et donc très demandeur, car son estomac était du genre riquiqui, et que le lait maternel se digère si bien la que la faim revenait au galop. Les deux/trois premiers mois, les tétées, c'était toutes les heures presque tous les jours. C'était crevant, vraiment, et pourtant ça ne m'est pas venu à l'idée une seule fois de le sevrer pour me faciliter la vie. Parce qu'allaiter mon bébé, ça me remplissait de bonheur malgré la fatigue. En plus de ça, je n'en avais pas conscience à l'époque mais le Petit Prince était sans le moindre doute ce qu'on appelle communément un "BABI", c'est à dire un bébé aux besoins intenses. On peut pas dire qu'il ait beaucoup changé entre temps, tu me diras, il n'est pas du tout du genre indépendant, comme tu le sais si tu me suis depuis un certain temps. Mais je faisais avec sans rechigner, j'avais beau être sur les rotules, je me tenais toute disposée à subvenir à son besoin de téter souvent et d'être en contact avec moi la majeure partie de mes journées (on peut dire qu'il a passé plus de temps en écharpe de portage à lui tout seul que ses deux frères cumulés !). Allaiter faisait vraiment partie de mes envies avant même la grossesse.

Tout s'est super bien passé, mais quand il a eu huit mois, ma lactation est devenue autocrine. Le mot peut sembler inconnu aux yeux de beaucoup de mamans, et moi-même il m'a fallu fouiller un moment pour découvrir l'existence de ce truc-là. Alors si tu veux en savoir vraiment plus, je t'invite à jeter un oeil sur Google pour comprendre précisément de quoi il s'agit. Mais en gros, c'est une transition de la lactation qui passe progressivement d’un contrôle hormonal à un contrôle par la glande mammaire elle-même et réclame que le bébé tète pendant un petit moment avant que le lait ne vienne alors qu'auparavant le sein stockait un peu entre les tétées. Et mon bébé, toujours très demandeur même s'il n'était plus nouveau-né, a commencé à s'énerver pas mal au sein parce que ça ne venait plus assez vite. Assez déterminée à poursuivre encore mon allaitement (ou je suis du genre têtue, c'est pas nouveau), j'ai continué à lui proposer le sein mais à chaque fois c'était la guerre, malheureusement : il tétait cinq secondes et perdait patience car le lait ne venait pas instantanément, et ensuite il ne voulait plus reprendre le sein. Au bout d'un moment j'ai même commencé à appréhender les tétées, parce qu'il se mettait à pleurer et que je ne voyais pas comment l'inviter à patienter. Le lien affectif propre à l'allaitement auquel je tenais tant a donc petit à petit disparu... Alors, au début du neuvième mois, je lui ai proposé un biberon, qu'il a intégré petit à petit, et avec le papa on a vite remarqué qu'il était beaucoup plus satisfait comme ça. Ça venait de suite et en abondance, il était tout content, alors je lui ai expliqué que dorénavant, on ferait comme ça. Et ça a été le début du sevrage du Petit Prince.




  • Mon deuxième allaitement


Venons-en à mon deuxième allaitement, du coup. En l'occurence, tout comme pour le Petit Renard, je n'avais pas de limite mais bien un objectif, celui de l'allaiter au moins neuf mois aussi, donc. Pour ce deuxième bébé, je n'ai pas souvenir que ma lactation soit devenue autocrine. J'ai produit sensiblement la même quantité de lait à peu près de la même manière tout au long de mon allaitement. Mais pour cet allaitement, c'est moi qui ai ressenti le besoin de sevrer mon bébé. Pourquoi ? Parce que j'étais crevée, et que j'avais besoin me réapproprier mon corps, aussi. C'est d'abord moi qui n'ai plus eu envie d'allaiter, je le reconnais.

Si on remet un peu les choses dans leur contexte, c'était en 2015, et à cette période-là, pour rappel, notre aîné était malade à peu près 3 semaines sur 4, on passait notre temps chez les médecins pour comprendre ce qui lui arrivait, ma vie était pratiquement centrée exclusivement là-dessus, et en parallèle j'allaitais mon bébé, donc. L'allaitement demande certaines ressources physiques et moi je ne dormais quasiment rien la nuit puisque je les passais à veiller le grand qui n'allait pas bien. Disons qu'à ce moment-là, allaiter et gérer tout le reste en même temps, ça devenait trop pour moi. Qui plus est, depuis ses six mois je crois, il m'était arrivé assez souvent de proposer un biberon de mon lait tiré ou de lait en poudre au Petit Coeur quand je m'absentais, je savais donc qu'il n'y était pas réfractaire.

Et puis comme je le disais, j'avais envie de me réapproprier mon corps, sans doute parce que justement, à cavaler à droite à gauche non-stop pour gérer au mieux la santé du grand et tout le reste, eh bien je n'avais plus tout à fait l'impression d'être une femme, au delà de la maman. Et je vais pas te mentir, un peu du jour au lendemain, vers le huitième mois de mon bébé, je me suis rendu compte que ma poitrine me manquait. Elle me manquait en ce sens qu'à ce moment-là, j'ai eu envie de reporter de la vraie lingerie et de remettre mes soutien-gorge d'allaitement au placard. J'avais envie de me sentir à nouveau juste "femme" et non pas "femme-biberon". Au risque que ça paraisse égoïste aux extrémistes de l'allaitement (et Dieu sait que ça existe), je ne me sentais plus très bien dans mon rôle de maman-allaitante.

Et honnêtement, je pense que le Petit Coeur a très bien perçu et compris tout ça, parce que je lui ai expliqué qu'on allait prendre notre temps mais que petit à petit il allait passer au biberon à la place de mon sein. Pendant les quatre semaines qu'ont duré le sevrage, je lui ai parlé, et finalement le soir de la dernière tétée, quand je lui ai dit "voilà bonhomme, on arrive au bout, ce soir c'est la dernière tétée"... il m'a regardée longuement, puis m'a sourit et, à ma plus grande surprise, n'a pas pris le sein. Je veux dire par là qu'il n'a même pas essayé. Et pas une seule fois après ça il ne m'a réclamé le sein. A mes yeux il ne fait aucun doute que ça voulait dire "t'inquiète pas maman, j'avais compris, et ça me va comme ça, regarde, tout va bien". Il n'y a donc officiellement pas eu de "dernière tétée", mais juste un gros câlin qui a marqué la fin de cet allaitement dans le calme et sans heurt. Tout en douceur.







  • Mon troisième allaitement


On en arrive donc à mon Petit Renard, qui aura 9 mois révolus dans quelques jours. Où en suis-je, du coup ? Eh bein, concrètement, c'est un peu le bazar, et on ne peut pas dire que le sevrage ait réellement démarré ! La première chose à en dire c'est qu'on en est donc à huit mois et demi d'allaitement exclusif et que depuis une semaine environ, on a introduit quelques biberons de lait en poudre, mais aucune habitude ni régularité là-dedans au moment où je t'écris, bien que ça puisse changer d'un jour à l'autre puisque ce cheeky-monkey de bébé est du genre à changer d'avis un peu tous les jours en ce moment. Un coup il veut le sein, un coup il ne veut rien du tout, un coup il se rue sur le biberon... Je cherche plus trop à comprendre ! C'est en tout cas celui des trois que j'aurais allaité le plus longtemps et je ne sais pas très bien combien de temps ça peut encore durer. Honnêtement, la semaine dernière encore je t'aurais dit que je me voyais très bien allaiter encore dans un mois ou deux, mais son comportement curieux et beaucoup moins dépendant de moi en journée me fait penser que ça pourrait s'arrêter assez vite, bien que je ne me sois pas fixé de limite comme je le disais.

Ce bébé, c'est un petit filou ! Depuis dix jours environ, alors qu'il avait enfin recommencé à faire de bonnes nuits, voilà qu'il me réclame à nouveau le sein la nuit (genre 2 fois, vers minuit puis 5 ou 6h du matin, sympa hein  ?!). Et c'est vraiment le sein et rien d'autre qu'il réclame, parce qu'évidemment, histoire de ne pas me faire avoir, j'envoie d'abord Denis quand bébé appelle. Mais y'a pas moyen, il chouine et finit même par se fâcher sur son papa si je tarde à venir, par contre dès que j'arrive même si je tente de lui faire juste un câlin, il finit par chercher et se jeter sur mon sein avant de se rendormir aussi sec même s'il ne l'a pas totalement vidé. Concrètement c'est une tétée-câlin, y'a pas photo. Donc ne me demande pas s'il "fait ses nuits", parce que c'est loiiiin d'être aussi simple et que ça peut être le cas une nuit mais pas les deux suivantes, c'est totalement aléatoire en ce moment. Si tu fais partie de ces personnes un poil naïves qui pensent que ma vie est aussi réglée que du papier à musique, tu te mets le doigt dans l'oeil, parce que comme toutes les mamans, y'a des jours (et des nuits !) avec et d'autres sans ! Le tout finalement c'est d'intégrer ça justement, de se dire qu'un enfant c'est pas un robot, que c'est plutôt du mouvement perpétuel et des phases plus ou moins longues qui exigent des parents une faculté d'adaptation assez folle - et donc un certain sens du lâcher-prise qui s'installe que tu le veuilles ou non, quand t'en arrives au troisième.

Par contre, monsieur, le sein, il n'en veut presque plus la journée ! A de nombreuses reprises ces derniers temps il tournait tout bonnement la tête au bout de littéralement trois secondes à téter, autant dire qu'il ne prenait rien du tout. Et dans le même temps, lui qui a désormais 4 dents aussi neuves qu'affûtées, il me croque au lieu de téter, et le tout avec son petit regard de coquin qui a bien compris que quand il mord ça fait sursauter maman. Visiblement il prend ça pour un jeu et trouve ça super fun vu qu'il se marre à tous les coups ! En ce qui me concerne, autant te dire que ça fait un mal de chien et qu'il s'en est tant donné à coeur joie qu'a trois reprises je me suis carrément retrouvé avec de petites marques sur le mamelon. Alors d'un côté ça me fait marrer, mais de l'autre, j'ai toujours les jetons maintenant quand je lui propose le sein, ça fait un peu le même effet que de jouer à ce truc du crocodile dentiste qui finissait par refermer sa mâchoire sur ton doigt, tu te souviens (ou bien t'es pas née dans les années 90' et tu es présentement en train de te dire que je divague grave ?) ? J'vais te dire, allaiter un bébé qui a des dents, c'est avoir l'amour du risque. Et moi au bout d'un moment je l'ai un peu perdu, ce goût du challenge...

Alors voilà, ces derniers jours, au bout d'un moment à constater ça, je me suis dit que j'allais tenter le biberon. Tantôt avec mon lait que je tire (sachant que mon tire-lait ne me croque pas le bout des seins, donc) puis de temps à autre avec du lait en poudre, comme ça, pour tester. Eh bien figure-toi qu'il lui est arrivé de refuser catégoriquement d'y toucher tout comme se jeter sur le bib (peu importe le lait à l'intérieur). Ça dépend des jours et de ses humeurs !

Bref, tu l'as compris, on est en pleine phase transitoire avec un allaitement pseudo-mixte un poil anarchique. C'est pas forcément aussi idéal que si j'avais un bébé hyper bien calé, mais mais je m'en accommode à peu près sans me prendre trop la tête - le seul truc qui me dérange vraiment c'est le manque de sommeil parce que les nuits sont un peu hachées. Je te dis, au troisième, même une control-freak telle que moi apprend malgré elle à lâcher prise sur certains aspects, parce qu'un bébé si jeune, finalement, ça réclame forcément que les choses changent en permanence. Alors quand il y a des nuits où je me lève à 2h puis 5h et que donc je suis trop réveillée pour réussir à me rendormir, j'essaie de relativiser, et je fais la sieste en même temps que mon bébé l'après-midi (pour ça on peut remercier le Daddy qui assure avec les aînés à côté).





Voilà, donc bon, au final sans le vouloir si ce Petit Renard continue sur cette lancée, je pense que le sevrage complet se fera bientôt, je l'aurais donc allaité à peu près pareil que ses grands frères et j'en suis vraiment contente puisque ces trois expériences avec l'allaitement se sont toutes si bien passées que j'en garde vraiment de chouettes souvenirs. Je sais que neuf mois, ça va paraître énorme à certaines femmes qui n'ont pas du tout allaité ou pas allaité autant qu'elles l'auraient voulu. Je sais aussi que d'autres, comme j'ai pu le lire à plusieurs reprises, trouveront ça bien trop court et ne se priveront pas de me dire que je pourrais quand même fair un effort. C'est assez déstabilisant d'ailleurs, parce que limite quand j'ai eu mon premier bébé (en 2012 donc) c'était à contre courant et j'étais la seule de mon entourage à avoir choisi d'allaiter plus de trois mois, et maintenant à en croire les réseaux sociaux, si t'arrêtes à 9 mois on trouve encore un moyen de te culpabiliser parce que l'OMS ceci et le sevrage naturel cela. Moi je vais te dire, mon avis c'est que j'ai fait comme j'ai pu et comme je l'ai senti, que sevrer mes enfants plus tard ça n'était juste pas notre idéal à nous, et que sur trois allaitements, j'ai l'impression d'avoir éprouvé autant de plaisir à donner le sein que d'avoir donné énormément de ma personne pour mener ce projet à bien. Je crois surtout qu'on a tôt fait de considérer la façon de faire des autres mamans alors qu'en ce qui concerne l'allaitement, à moins qu'on soit conseillère en lactation, le mieux c'est encore de s'occuper de ses affaires, si je puis dire.

Il y a encore mille choses au sujet de l'allaitement dont je voudrais te parler et je me doute qu'après ce post il y en a pas mal parmi vous qui vont me poser des questions au sujet du sevrage, justement, et de la façon dont je m'y suis prise pour le démarrer et introduire les biberons. Si c'est un sujet qui t'intéresse, n'hésite pas à me poser tes questions ou à partager ton expérience en commentaire, je ne manquerai pas de t'en reparler d'ici quelques temps, quand mon petit troisième sera bel et bien sevré. Et je te retrouve dès la prochaine vidéo pour répondre à toutes vos autres questions sur l'allaitement !



Et toi ? L'allaitement, t'en penses quoi ? Déjà testé ?



Golden Wendy



12 commentaires:

  1. Merci pour cet article et ton partage d'expérience. En plus en 3 fois, ce qui nous montre bien que chaque bébé est différent ^-^

    J'ai allaité entre 9 et 10 mois (sevrage pendant le 10ème mois) mon fils . Et ce que tu as dit m'a rassuré car j'avoue que si j'ai choisi d'arrêter également c'est que j'avais besoin aussi de me retrouver en tant que femme . Et que sûr bien des domaines, allaiter m'empêchait de me retrouver à 100%.
    Et finalement c'est même mon fils qui a commencé à se désintéresser du sein. Donc le sevrage a été plus facile... Et limite au début plus pour lui que pour moi car je n'étais pas prête à ce que mon fils me "repousse" du jour au lendemain XD.

    J'ai un bon souvenir de cet allaitement même si quand ça c'est fini j'avoue avoir été un peu mélancolique... À croire que je ne savais pas ce que je voulais vraiment ^^".

    J'espère que tu n'auras pas de commentaires pro allaitement trop houleux suite à cet article !
    Tu as exprimé ta propre expérience et c'est courageux de le faire dans cette société où tout est prétexte à critiquer !

    Bon week-end et bonne fête de super héros demain ;-)

    Bises

    Bénédicte

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Mélissa!

    Sujet houleux l’allaitement, donc je tenais déjà à te féliciter pour avoir « oser » abordé ce sujet!!
    J’ai aussi allaité mes deux garçons. 3mois exclusif puis deux mois en alternance avec du lait en poudre.
    C’etait Le temps de mon congé maternité et parental. Après j’ai dû reprendre le travail. N’etant Pas un adepte du tire lait, j’ai choisit de les sevrer avant de reprendre le travail. Bonjour Mélissa!

    Sujet houleux l’allaitement, donc je tenais déjà à te féliciter pour avoir « oser » aborder ce sujet!!
    J’ai aussi allaité mes deux garçons. 3mois exclusif puis deux mois en alternance avec du lait en poudre.
    C’etait le temps de mon congé maternité et parental. Après j’ai dû reprendre le travail. N’étant pas un adepte du tire lait, j’ai choisit de les sevrer avant de reprendre le travail.
    Mes deux allaitement ont plus ou moins été semblables. Mais comme toi, mon premier bébé tétait souvent, très souvent, et c’était en effet épuisant, surtout la nuit!!! Il arrivait parfois que je pleure d’épuisement avec lui au sein! Je le répète à toutes les mamans autour de moi, l’allaitement c’est avant tout un choix TRÈS personnel, et tu ne dois pas allaiter simplement parce « c’est ce qu’on attend de toi », mais bel et bien par que TU le souhaites!
    Après mon premier enfant j’étais partagée entre « mon deuxième enfant ce sera biberon et basta » et « c’était tellement génial ces moments de partage juste tous les deux, le voir grandir grasse à mon lait!
    Je pense que chaque allaitement est unique et les mamans ne doivent pas avoir « honte » de demander de l’aide. Car un bon accompagnement fera un bon allaitement!!!

    Camille
    Mes deux allaitement ont plus ou moins été semblable. Mais comme toi, mo. Premier bébé tété souvent, très souvent, et c’est en effet épuisant! Je le répète à toutes les mamans autour de moi, l’allau C’est en effet un choix TRÈS personnel, et tu ne dois pas allaiter simplement parce « cents ce qu’on attend de toi », mais bel et bien par que TU le souhaites

    RépondreSupprimer
  3. J'ai adoré ton article ! Et comme tu t'en doutes c'est vrai que j'ai la question comment arriver à se sevrage ? Je sais pas comment m'y prendre quand moi aussi je voudrais/ou qu'elle voudra arrêter
    En tout cas merci pour ces mots, parce que je m'y retrouve aussi, surtout avec l'histoire de se réapproprier son corps, sa poitrine
    Merci :)
    Laura

    RépondreSupprimer
  4. Les bébés aux besoins intenses... font les meilleurs adultes. Mon frère (aujourd’hui 20 ans et allaité aussi) était un bébé aux besoins intenses et aujourd’hui plein de qualités qui se sont développées grâce à toute l’attention qu’il a reçu petit j’ai l’impression. Ton dernier podcast à ton fils m’a beaucoup fait penser à lui. Gros bisous et bonne continuation pour la suite de ton allaitement !

    RépondreSupprimer
  5. Super article !!
    Moi j allaites encore mon bébé de 4mois exclusivement.. J ai repris le travail il y a 1 mois et donc je tire mon lait au boulot. Mais je sens mon allaitement menacé, j'ai peur de ne pas tenir la cadence, quand je tire mon lait c'est toujours rik rak pour le lendemain. Et jai peur quil réclame bcp plus d un jour à l autre...
    Je croise les doigts. Mon.souhait c'est de ne jamais passer au lait artificiel. Mais je pense que c'est utopique ^^

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Wendy, je te suivais quand tu faisais tes vlogs, mais j'avoue que j'aime beaucoup te lire, aussi, ou écouter tes podcasts. Si cela t'intéresse j'ai écris aussi des articles sur l'allaitement sur mon blog. J'ai allaité 6 mois au sein (et tire-allaitement quand je travaillais) puis 6 mois en tire-allaitement pur, puis encore 6 mois en allaitement mixte (tire-allaitement avec ajout de lait maternisé). Tu as raison, personne ne peut nous juger. En tant que Maman, on fait comme on le sent, comme on peut aussi, comme le bébé le veut aussi ! Bonne continuation et profite à fond de ton petit dernier...et des autres aussi bien sûr ! http://lisarose-moonpearl.com/index.php/project/mon-experience-de-lallaitement-partie-i-allaitement-exclusif/

    RépondreSupprimer
  7. Merci de partager ton expérience d'allaitement avec nous.
    Je t'avoues que je n'avais pas fait la nuance entre l'objectif ou la limite des 9 mois d'aventure lactée, cet article/podcast répond à mes interrogations ;)

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour cet article, qui tombe à pic en ce qui me concerne puisque je vais reprendre le travail. Cela me semble très sensé ce que tu expliques, je retiens qu'il faut faire comme on le ressent. L'allaitement est un binôme et finalement il faut savoir s'écouter et écouter son bébé. Merci encore pour ce partage d'expérience ☺

    RépondreSupprimer
  9. Salut Melissa ! J'espère que tu te portes bien... Allaitement autocrine... Ma fille a 7 mois et je crois que c'est ce qui se passe. Ou alors c'est à cause de la Diversification... Tu as commencé toi ? Quand tu dis allaitement exclusif, c'est exclusif exclusif ou exclusif par opposition à mixte mais sans lien avec la Diversification ? Je crois que je m'exprime mal. As tu compris ma question. Bise.
    Ps wwgirl-4kgs en 4 semaines.
    ������������

    RépondreSupprimer
  10. Ah l'allaitement.. quel bonheur pour moi et en même temps j'ai toujours cette tristesse quand j'y pense. Bébé de bientôt 8 mois ici aussi et malheureusement allaitement de 3 mois et demi car il a fallu se rendre à l'évidence je ne produisais pas du tout assez.. Il avait même perdu du poids : j'ai essayé, suivi les conseils etc. pris des vitamines mais rien.. donc ça n'a été que du bonheur mais ça s'est arrêté bien trop tôt (on souhaitait un sevrage naturel...)

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour cet article, bébé a bientôt 8 mois et je ressens de plus en plus le besoin d'arrêter, en partie pour les mêmes raisons que toi à bébé 2,et je culpabilise beaucoup, et en même temps, j'ai envie de pleurer à l'idée d'arrêter, c'est le sentiment le plus contradictoire que j'ai ressenti de toute ma vie. Malheureusement pour le moment la diversification ne se passe pas très bien et il n'accepte que le sein (poussées dentaires et grosses chaleurs n'aidant pas). En tout cas ça me fait un peu de bien de te lire. Merci pour ce (courageux) partage.

    RépondreSupprimer

Je lis absolument tous les commentaires, même si je ne peux pas forcément répondre à chacun d'entre eux - malheureusement. NB : il n'est désormais plus possible de commenter en "anonyme" (pour commenter, il faut juste créer un compte Google, c'est gratuit). De plus, les commentaires empreints de méchanceté gratuite / haineux / racistes - et j'en passe - ne seront pas publiés. Peace !