Onglets-menu

lundi 22 juillet 2019

Allaitement : je réponds à vos questions (sans filtre !)

Photo de Jade Sequeval


La semaine dernière je t'expliquais comment et pourquoi mes allaitements ont tous duré neuf mois en moyenne. Me revoilà aujourd'hui pour répondre aux autres nombreuses questions que vous m'aviez posées sur les réseaux sociaux. De l'allaitement en public à l'état de ma poitrine après 27 mois à donner le sein en cumulé, je compte bien répondre à tout sans tabou !




  • Est-ce que j'allaite "en public" ?


Cette question est revenue à plusieurs reprises et la réponse est OUI. Même si dans l'absolu, le truc qui me gêne le plus dans cette question c'est justement le mot "en public", parce que pour moi, allaiter à la maison ou au restau, dans le fond, c'est pareil et je n'ai pas envie de coller une étiquette dessus : j'allaite, je nourris mon bébé, point barre. Après l'idée n'est pas de jouer sur les mots et ce post n'est pas dédié à cette question qui mériterait probablement d'être bien plus développée. Peut-être que j'en reparlerai un de ces quatre d'ailleurs, mais bref, pour répondre sans détour à cette question, oui, j'ai allaité mes trois bébés aussi bien chez moi dans une chambre toute seule avec eux, que dans mon salon en présence de proches, ou encore au restaurant, dans le train, dans l'avion, et même dans les cabines d'essayages. Honnêtement je pense que dès le départ j'avais envie de pouvoir allaiter mon bébé peu importe là ou avec qui je me trouvais, et dès ma première grossesse j'ai investi dans des tenues adaptées qui m'ont permis de donner le sein facilement sans pour autant me retrouver à moitié à poil.



  • Comment j'ai géré les nuits ?


Bah... comme j'ai pu ! C'est sans doute le plus difficile avec un nouveau-né, qu'il soit au sein ou au biberon dans l'absolu ça ne change pas forcément grand chose, les réveils sont nombreux et ça prend plus ou moins de temps pour qu'un bébé, allaité ou pas, dorme assez d'heures d'affilée pour qu'on ne soit pas soumis à des réveils intempestifs. Sauf qu'effectivement, quand on allaite et qu'on ne pratique pas le tire-allaitement, aucune chance de passer le relai au papa. Je pense que malgré la fatigue évidente que ça a généré les trois fois, eh bien ce qui m'a le plus permis de tenir le coup, c'est que je m'y attendais. Je veux dire, même quand j'attendais mon premier, je savais d'avance que j'aurais à me réveiller souvent, que je serais kaput pas mal de temps, et du coup, quand c'est effectivement arrivé, j'étais préparée et j'ai essayé de le prendre avec philosophie la plupart du temps. Je te rassure, il y a aussi eu des journées où j'étais un zombie et certaines autres où j'étais sur les nerfs parce que la fatigue me tapait carrément sur le système. Pas de quoi culpabiliser pour ça, c'est normal, et personne n'a jamais prétendu que devenir maman c'était du gâteau et du kiff à 100% du temps ! Parfois c'est galère, et aucune jeune maman ne devrait s'en vouloir d'être sur les rotules ou d'y aller parfois un peu  à reculons parce qu'elle est exténuée. Pour pallier au mieux à ces manques de sommeil, comme on le conseille souvent, je dormais en même temps que mon bébé, histoire de récupérer - enfin, pour le premier en particulier, parce que quand on en arrive aux suivants, même si le papa est à la maison comme c'est le cas de Denis, trois fois sur quatre même si t'arrives à aller te coucher dès que ton bébé est au lit l'après-midi, entre le grand qui revient de l'école tonitruant et le petit qui confond encore chuchoter et chanter à tue-tête, c'est pas toujours simple de se reposer comme on le voudrait. Mais bon, comme pour à peu près tout ce qui concerne les bébés, j'ai essayé de ne pas oublier que tout n'est qu'une question de phase, et que tôt ou tard je pourrai redormir "normalement".


Photo de Barbara Poulain

  • Comment j'ai géré mon réflexe d'éjection fort ?


Effectivement, ça ne fait pas l'ombre d'un doute, à chaque fois j'ai dû faire face à un REF, l'abréviation pour "réflexe d'éjection fort" donc, environ pendant les deux premiers mois de mes trois enfants. Si tu veux, quand j'avais une montée de lait et que mon bébé retirait sa bouche de mon sein, sans exagérer ça pouvait bien gicler à un ou deux mètres, ça nous a d'ailleurs valu quelques fous-rire avec Denis. Les trois fois j'étais en hyper-lactation (c'est à dire que j'aurais pu à l'aise nourrir deux bébés en simultané que ça n'aurait pas été un souci et que j'ai forte une tendance aux engorgements), et la pression était impressionnante, ça sort en jets puissants et ça peut vraiment incommoder un bébé qui peut s'étouffer au moment des tétées, voire, du coup, se retrouver avec des soucis digestifs du fait qu'il avale de l'air au passage, etc. Ca a d'ailleurs été un gros souci avec mon fils aîné, qui s'est réglé dès que j'ai compris d'où ça venait grâce à une conseillère en lactation qui a été ma sauveuse, clairement ! Mais par chance, lui comme mes deux autres bébés se sont ensuite assez rapidement habitués à cette profusion de lait pendant les premières secondes des tétées, et je ne me suis plus jamais retrouvée avec des bébés qui se mettaient à hurler à cause de ça. Pour gérer un peu le problème, les premiers jours j'attendais la montée de lait, je laissais gicler le début dans un coussinet d'allaitement, et ensuite je mettais mon bébé au sein. Je n'hésitais pas non plus à lui faire faire un rot avant que mon bébé ne prenne l'autre sein, pour éviter qu'il ne recommence à manger sur de l'air, si jamais il en avait avalé. Et au bout de quelques jours seulement, mes trois petits gloutons ont vite pris le rythme et tétaient vite et bien sans s'étrangler. Par contre du coup les tétées ne duraient pas bien longtemps vu qu'en 5min ils étaient complètement repus ! Mais si jamais tu rencontres ce problème et que ton p'tit bout ne s'en accommode pas aussi bien, surtout il ne faut pas hésiter à demander de l'aide à une conseillère en lactation !



  • Ce que je pense du tire-allaitement


En quelques mots : je trouve ça HYPER COURAGEUX ! Je n'ai jamais pratiqué le tire-allaitement au sens régulier du terme, même s'il m'est arrivé à quelques reprises pour mon deuxième de tirer mon lait de temps en temps quand je devais m'absenter. Pour l'aîné je ne l'ai jamais fait et pour le troisième je ne l'ai fait qu'une seule fois, pour aller au ciné voir le dernier Avengers. Mais certaines femmes choisissent de tire-allaiter à 100% du temps, par choix (parce qu'elles ne sont pas à l'aise à l'idée d'allaiter directement ou qu'elles veulent que le papa nourrisse le bébé par exemple) ou par nécessité (parfois quand un bébé est prématuré ou hospitalisé et ne peut pas être allaité ou qu'il refuse purement et simplement le sein). Je trouve cette démarche extrêmement courageuse, car ça demande énormément de temps vu qu'il faut d'abord tirer et ensuite nourrir, et qu'il n'y a donc pas le plaisir du contact en peau à peau avec son bébé. Franchement, chapeau bas à ces mamans qui se lancent dans cette aventure pour le bien de leur bébé, c'est vraiment extraordinaire.



  • Quel est l'état de ma poitrine après trois allaitements ?


Les intégristes pro-allaitement vont te sortir à tort et à travers qu'allaiter un bébé n'a "aucun impact sur la poitrine" et... moi ce que j'en dis c'est que c'est seulement à demi-vrai ! En ce qui me concerne ça n'a effectivement rien changé à ma poitrine mis à part que j'ai perdu 1 taille de bonnet après le sevrage de mon aîné. Sauf qu'à la base je faisais un 85E, donc passer à un bonnet D, j'ai envie de dire que ça m'a plutôt soulagée, tu vois ! Et puis il y a aussi les vergetures que j'ai eu en très nombreuse quantité quand j'ai eu ma première montée de lait, vu que ma poitrine a littéralement triplé de volume dans les 48h après l'accouchement. Même avec une huile anti-vergeture du tonnerre, la peau ne peut littéralement pas supporter une telle tension, et ça a donc comme "éclaté" en dizaines de très fines vergetures. Mais dans mon malheur elles étaient si nombreuses et si fines qu'en blanchissant elles se confondent complètement avec ma peau et donc ne se remarquent plus du tout. Et j'ajouterai à ça que c'est la première montée de lait et non pas l'allaitement qui en a été responsable. C'est à dire que même si j'avais choisi de ne pas allaiter, dans l'absolu ça n'aurait rien changé. En bref, mes allaitements ne m'ont pas vraiment endommagé la poitrine, elle a juste un peu rapetissé. Mais je sais pour avoir connu plusieurs amies à qui c'est arrivé, que ça peut bel et bien modifier la forme des seins, et que si moi j'ai perdu une taille de bonnet, d'autres en perdront deux ou trois après le sevrage. Et si de base t'as déjà pas beaucoup de matière, ça peut carrément devenir complexant, même si ça reste plutôt exceptionnel.



  • Est-ce qu'allaiter empêche un bébé de faire ses nuits ?


Eh bien, là encore, ce n'est pas une science exacte ! Il se trouve que le lait maternel est effectivement bien plus rapide à digérer que le lait en poudre. Du coup, par voie de conséquence, un bébé qui est allaité aura parfois faim plus vite qu'un bébé au biberon. Mais attention, une fois encore c'est peu raisonnable de faire des généralités ! Mon premier tétait très souvent et a fait ses premières nuits complètes après le sevrage (j'entends par là 6-7h de dodo d'affilée), mon deuxième les a faites vers 4 mois (pour ne plus les faire entre ses 8 mois et un an), et le troisième faisait des nuits de 10h à deux mois environ mais ne les fait plus depuis qu'il en a 5. Et certains bébé au biberon se réveillent aussi plusieurs fois par nuit ! Bref, allaitement ou pas, le sommeil n'est pas systématiquement lié au mode d'alimentation et chaque bébé est différent, on ne le rappellera jamais assez.


Photo de Barbara Poulain


  • Comment je m'y suis prise pour allaiter alors que j'ai déjà deux grands ?


En voilà une question que je ne m'étais jamais posée ! En fait les choses se sont faites super naturellement : ce troisième bébé, mes deux premiers étaient déjà assez grands pour comprendre qu'il aurait besoin d'attention (pour rappel ils avaient 6 ans et 3 ans et demi à sa naissance) et on a pas attendu la naissance pour leur expliquer que maman devrait s'occuper de lui à des moments où elle ne serait pas disponible pour eux. Une fois n'est pas coutume, les livres pour enfant nous ont vraiment aidé à les préparer au changement de rythme et d'habitudes qui les attendaient, et en fin de compte quand bébé est arrivé ça c'est fait si spontanément que jamais ils ne sont venus me réclamer avec insistance pendant que je donnais le sein. Après, l'avantage aussi c'est que les tétées ne durent pas très longtemps (un des avantages à avoir un fort débit !), donc pour eux, 15 ou 20min c'est finalement assez court. Sans compter que mes deux aînés n'ont jamais été très possessifs ou jaloux non plus, donc forcément ça facilite les choses. Dans l'ensemble ils ont très bien compris que leur tout nouveau petit frère avait besoin d'attention un peu plus souvent qu'eux, et ça n'a jamais créé de conflits.



  • Est-ce que les dents posent un problème avec l'allaitement ?


Pour changer... ça dépend ! J'ai jamais eu de souci avec mes deux grands qui ont eu des dents avant le sevrage, ils tétaient sans croquer, ou peut-être que c'est arrivé à de très rares reprises, mais dans l'ensemble tout allait bien. Mais pour ce 3e bébé, franchement, ça devient super compliqué, c'est justement ce dont je te parlais dans mon post précédent ! Il mord souvent et si fort qu'il m'arrive d'avoir du mal à le dégager et de me retrouver avec des traces de morsures, autant te dire que c'est pas agréable ! Le pire étant que ça le fait rire car il me voit réagir, sauf qu'avec un enfant de neuf mois c'est pas évident d'expliquer que maman dérouille même si lui trouve ça marrant !





Voilà je m'arrête là pour aujourd'hui, j'ai fait le tour de la plupart des questions générales qu'on m'a posées au sujet de l'allaitement ! Il me semble qu'en ce qui me concerne j'ai été plutôt veinarde et vraiment tout ça retourne de mon expérience personnelle, loin de moi l'envie de faire des généralités, même si certains points feront peut-être écho à ta propre histoire avec l'allaitement.

Si jamais tu te poses des questions sur le démarrage de l'allaitement ou bien les avantages de l'allaitement, sache que j'en avais déjà parlé en vidéo à l'époque où j'ai eu mon petit deuxième, et que même si mon look et mon style de vidéo ont nettement changé entre temps, les conseils que je te donnais dans ces vidéos sont toujours ceux que je te donnerais aujourd'hui ! N'hésite donc pas à consulter tout ça pour en savoir plus.


Et puis il reste quelques questions que je compte aborder un peu plus tard, entre autres celles qui concernent la mise en place du sevrage (comment je m'y suis prise pour que mes enfants acceptent le biberon ? Comment j'ai géré la baisse de la lactation ? etc...), mais aussi la question de savoir quelle est la place du papa quand j'allaite, à laquelle j'aimerais laisser le principal intéressé répondre lui-même un de ces quatre (eh oui, ceci est une annonce presque officielle du prochain retour de mon p'tit mari dans mes podcasts !). Si donc tu as des questions au sujet du sevrage et/ou de la place du papa pendant l'allaitement, c'est le moment de les poser en commentaire !


J'espère avoir répondu à la plupart de tes questions !

Pour toi, l'allaitement

 ça a été plutôt facile ou compliqué ?



Golden Wendy

5 commentaires:

  1. Merci pour ta transparence! Je pense que des échanges comme celui-ci sont réellement bénéfiques pour l'allaitement. On est encore trop isolées et mal accompagnées je trouve. Alors échanger comme ça, sans filtre, je trouve ca génial !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article no filter.
    De mon côté j’ai allaité mes jumeaux pendant 2 mois plein puis le dernier mois mixte car clairement je ne produisais pas en assez grande quantité et j’ai eu un bon coup de pompe lorsque ma famille est venu nous voir (on habitait au Québec) qui a sérieusement mis à mal mon allaitement donc je suis passée au mixte sans culpabilité et mon allaitement c’est Arrêté de manière naturelle un matin pas de lait dc j’ai laissé pour voir et nickel! ( d’ailleurs Tu ne nous parles pas de l’arrêt De tes allaitements je sais que ça peut être douloureux). Une question me vient à l’esprit pour Denis comment vit-il ces moments privilégiés ? Je sais que dans notre cas assez rapidement dès que l’allaitement était bien installé j’ai tiré mon lait et c’est le papa qui a donné le premier bib je m’en rappelle comme si c’était hier et ils ont eu 6 ans le mois dernier ��. Après nous avions deux bébés donc le contexte était un Peu différent et comme toi au début je j produisais bcp j’aî même congelé mon lait ce qui nous a rendu bien service les Jours light... par contre je n’ai allaité les deux ensemble que deux fois et je n’ai pas supporté d’une parce que je voulais que chacun ait son petit moment avec maman en tête à tête et de deux pour le coup je me sentais vraiment à nu en mode vache laitière et j'étais Très mal à l’aise!
    Concernant l’état De la poitrine... ben c’est sûr il y a des petites vergetures et je trouve un peu injuste de ne pas avoir gardé un peu parce que effectivement moins de poitrine après mais en étant déjà un petit bonnet B ben voilà quoi flûte ��
    Voilà pour mon petit témoignage de maman de jumeaux ��

    RépondreSupprimer
  3. Coucou ! Merci pour ces lignes ! Jallaite et tire mon lait pour mon petit dragon. Je ne produis pas assez, alors il tete au sein, je lui donne le complément avec mon lait que j'ai tiré, et je tire mon lait. C'est du travail, de la fatigue, je ne sors presque pas, mais quel bonheur intense que de savoir que c'est moi seule qui le nourrit. Gros gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. Pour moi l'allaitement a été magique, zéro douleur je n'ai même pas senti la montée de lait ... Tout s'est fait très naturellement et ma fille allaité uniquement jusqu'à 6 mois a fait ses nuits dès le retour de la maternité ! Elle tetait beaucoup là journée mais je ne me suis jamais levée la nuit (hors pic de croissance) la nourrir la nuit. Je sais que j'ai eu beaucoup de chance mais tout est possible chaques bébé est différent. On attend le deuxième pour début août et on rêve de la même facilité hihi

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce témoignage plein de sincérité. Pour moi un allaitement de 16 mois l'autre toujours en cours (surtout en cours de tentative de sevrage) de 23 mois. J'ai eu la chance d'avoir 2 superbes allaitements avec quelques petits désagréments (candidose, confusion sein/tétine) mais vraiment des très belles expériences. Maintenant c'est difficile de sevrer un pti mec de bientôt 2 ans qui sait très bien attendrir sa maman pour une tétée avant de dormir ^^

    RépondreSupprimer

Je lis absolument tous les commentaires, même si je ne peux pas forcément répondre à chacun d'entre eux - malheureusement. NB : il n'est désormais plus possible de commenter en "anonyme" (pour commenter, il faut juste créer un compte Google, c'est gratuit). De plus, les commentaires empreints de méchanceté gratuite / haineux / racistes - et j'en passe - ne seront pas publiés. Peace !