Onglets-menu

lundi 17 septembre 2018

Ce ventre qui me manquera



Dans quelques jours, j'entrerai dans le neuvième mois. Déjà ! J'ai le sentiment que le jour où j'ai fait mon test de grossesse remonte à une éternité (février me semble être à une année lumière), et, paradoxalement, je pense pouvoir dire que de mes trois grossesses c'est celle-ci qui est passée le plus vite. C'est peut-être parce qu'on a déjà deux enfants et que le quotidien est plus mouvementé que lorsque j'attendais le deuxième ou le premier. C'est peut-être parce que, désireuse de ne pas manquer une miette de ce nouveau bébé, j'ai cumulé les activités et les projets pour ne rien regretter ; on a fait des photos pour immortaliser cette nouvelle famille qui se dessine, on a emmené nos garçons aux échos, on s'est gardé la surprise du sexe pour le découvrir ensemble dans le secret, on a organisé une Gender Reveal puis une Baby Shower, on a essayé de vivre les choses différemment, d'expérimenter, de changer, de nous créer de jolis souvenirs. Voilà que bientôt, ce voyage touchera à sa fin... et je sais déjà que ça va beaucoup me manquer.







Ce bébé, on l'a désiré, on l'a choyé ces huit derniers mois et on est prêts à l'accueillir. Il a déjà deux grands frères et un papa qui lui parlent et lui font des câlins tous les jours, à travers ma peau, à travers ce ventre arrondi que je porte comme la plus belle des parures. Parce qu'il n'y a rien, aucune tenue, aucun vêtement, aucun bijou ni aucun accessoire qui me permette de me sentir mieux dans ma peau que la grossesse.






Attendre un bébé, c'est comme oublier tous mes complexes, c'est comme devenir soudain et comme par miracle le relfet précis de ce que je voudrais être le plus au monde - parce que oui, rien ne me permet de me sentir plus "moi" et plus belle que cet "état de grâce" à mes yeux. Je me fiche de mes vergetures, je me fiche de ma peau transparente qui laisse voir tout mon système sanguin, je me fiche de ces capitons qui sont apparus sur mes cuisses... bien au contraire, je sais que d'ici quelques semaines, je regretterai ce gros ventre rond.






Le syndrome du ventre vide, cette impression qu'il nous manque quelque chose même quand on a un magnifique bébé dans ses bras, je l'ai connu et vécu pour mes deux premiers. Pas de quoi me faire tomber en dépression post-natale non plus, mais je mentirais si je te disais que je l'ai bien vécu pour autant. Se faire à l'idée qu'on n'est tout à coup plus enceinte quand on l'a été neuf mois durant et que ces formes sont apparues progressivement, c'est pas facile à accepter pour toutes les mamans. Se dire qu'on ne sentira plus jamais les mouvements de cet enfant "du dedans", qu'on ne le protège plus en le gardant bien au chaud sous notre peau... ça donne le sentiment de redevenir creuse et inutile du jour au lendemain. Ça finit par passer bien sûr, mais je sais que c'est quelque chose qui m'attend bientôt et que je n'ai pas hâte de vivre à nouveau. Alors en attendant, je savoure, encore et toujours, tant que ce Petit Renard est encore au chaud, en moi.






Je profite de ce reflet dans le miroir qui me convient parfaitement bien, je profite de ces courbes qui pour moi sont les plus féminines au monde, je profite de ce ventre qui est tout sauf un complexe actuellement alors que c'est, le reste du temps, la zone que je cherche le plus à camoufler tant je ne l'ai jamais aimé. Je n'ai pas peur de porter un vêtement moulant, je n'ai pas peur qu'on le voie "dépasser".







Même si je suis coincée à la maison voire même à l'horizontale sur mon lit, la grande majorité du temps depuis un peu plus d'un mois comme je suis sujette à de trop nombreuses contractions (coucou l'utérus hyper-contractile qui fait des siennes, si susceptible qu'il est...), lors du dernier passage de Jade, qui a réalisé plusieurs photos de ma petite famille récemment, je me suis prêtée au jeu du petit shooting avec un look automnal, sans doute le dernier avant d'accoucher.









Impossible de résister à un souvenir de plus de cette troisième grossesse, même si on l'a réalisé à la va-vite, en quinze minutes maximum je crois, devant le mur de la maison de mes voisins, juste comme ça. Faute de pouvoir rester debout plus longtemps, faute de pouvoir marcher plus de trente mètres. Mais Jade est douée et on s'en fiche, que ça ait duré quelques minutes à peine ou encore que ça ait été pris à quelques mètres seulement de mon palier. 






Je porte une tenue qui me plaît énormément (le jaune, le bordeaux, le côté simple et élégant à la fois), j'étais bien dans mes baskets bottes, je n'avais pas spécialement cherché à avoir l'air coiffé mais mes cheveux étaient dans un de leurs rares "bon jours", je sentais bébé jouer dans mon ventre, je m'amusais à me dire qu'on était en réalité deux sur une photo dite "de moi". C'était une jolie journée, je portais une tenue confortable et habillée à la fois, bref, j'en ai profité, de cette petite parenthèse hors de mes pyjamas, de ma chambre et de mon lit. L'espace de quinze minutes environ, j'ai pris l'air sous l'objectif et sans chercher à cacher ceci ou cela, sans me trouver moche. Juste en étant moi "et demi", juste en n'ayant d'yeux que pour ce ventre arrondi.







Le Look :


Pull manches trois quarts bordeaux avec détail dentelle au dos : C&A (ancienne collection)
Jean noir maternité : Vertbaudet (ici)
Bottines rouges : San Marina, modèle ALAMANSA (ici)
Bola de grossesse : Ilado Paris, modèle "Moon" (ici)
Ceinture de soutien de grossesse : Belly Bandit (ici)
Sac : La Halle 




Merci à Jade Sequeval pour ces photos 
(n'hésitez pas à la contacter pour vos shootings solo,
couple ou famille, elle est merveilleusement douée !)


Et toi ? Plutôt à l'aise ou pas dans ta peau de future-maman ?



Golden Wendy


17 commentaires:

  1. Bonjour Mélissa !
    Comme je te comprends avec cette sensation de vide ... Pour la première grissgros, j'ai eu beaucoup de mal à me faire à l'idée que ce serait fini... De mois après, j'avais encore l'impression de sentir bébé bouger dans mon ventre !
    Je suis dans ma deuxième grossesse (11 semaines) mais j'ai déjà "peur" de cette sensation de vide après l'accouchement !

    Profite bien de ces derniers instants ����

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Tiffany,

      Je te rassure, "sentir le bébé qui bouge" même après l'accouchement, je l'ai vécu aussi les 2 premières fois et je sais que c'est finalement très commun. Il faut quelques temps pour faire "le deuil" d'une grossesse si je puis dire, surtout quand on l'a bien vécue et qu'on a aimé être enceinte.

      Je te souhaite une magnifique grossesse !

      Supprimer
  2. Coucou Melissa! Tu es resplendissante et ton ventre est magnifique! 😍 Je n’ai pas encore accouché donc je n’a pas encore connu cette sensation de ventre vide que tu décris mais pr l’instant je suis enceinte de 3 mois de mon premier bébé, mon ventre ne se voit pas encore beaucoup et je peux te dire que je suis super impatiente qu’il s’arrondisse un peu et surtout de pouvoir sentir mon bébé bouger à l’interieur 😍

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Eli !

      Merci beaucoup c'est trop gentil ! Toutes mes félicitations pour ce premier bébé, tu vivras bientôt des sensations extraordinaires quand il va se mettre à bouger ! Profite bien surtout !

      Supprimer
  3. Ces photos sont magnifiques, ça va te faire un très beau souvenir !
    Je n'ai été enceinte qu'une fois pour le moment mais j'ai ressenti les choses exactement comme toi, jusqu'au bout je n'étais pas du tout pressée de ne plus être enceinte, je voulais que ça se prolonge le plus possible, j'étais anxieuse à l'idée de ne plus sentir les petits coups, de ne plus caresser mon beau ventre.

    Quelques semaines avant d'accoucher j'écrivais cela sur mon blog :
    "Ces derniers temps j’étais un peu mélancolique, je la sens toujours énormément bouger et communiquer, et je me suis rendu compte que je risquais d’être terriblement nostalgique de ces sensations une fois qu’elle sera née (ou même quand elle n’aura plus trop de place pour bouger, dans quelques semaines). Bien sûr en contrepartie j’aurai mon bébé, ce qui est incomparablement mieux, mais je n’arrivais tout de même pas à m’enlever cette nostalgie de la tête. Et je suis tombée sur un paragraphe qui décrit bien ce sentiment, dans le livre « Vivre sa grossesse et son accouchement » d’Isabelle Brabant.
    « L’arrivée du bébé, si heureuse soit-elle, marque (évidemment) la fin de la grossesse, une perte vécue plus ou moins intensément par chacune d’entre nous. Même si elle a comporté des moments difficiles à vivre, même si on est contente d’avoir accouché, on y perd quelque chose ! On perd une sensation de plénitude physique sensuelle, cette magnifique sensation de « fruit mûr », la rondeur qui a toutes les excuses, on y perd une reconnaissance sociale, on ne fait plus partie de cette « minorité visible » que sont les femmes enceintes. On perd un peu l’intérêt de notre entourage dont les yeux sont maintenant tournés vers le bébé. On a le ventre vide, finis les petits coups de pieds, les mouvements comme des vagues, les hoquets, la complicité absolument unique avec le bébé de nos rêves. C’est normal de ressentir cette absence, qui fait partie de la transition en train de se vivre. » Je me suis vraiment bien retrouvée dans ce passage, même si je n’ai pas encore accouché. Et depuis je suis plus sereine, avoir lu ces mots me permet de profiter de ses mouvements et de la fin de ma grossesse avec bien moins de mélancolie."

    Puis quelques jours après avoir eu ma fille :
    "Bizarrement maintenant qu’elle est sortie j’ai l’impression que ce lien est à reconstruire, j’ai encore du mal à réaliser que le petit bébé qui était dans mon ventre si longtemps est la même personne que le petit bébé que je tiens dans mes bras désormais. Ça rejoint encore une fois ce qu’en dit Isabelle Brabant dans son livre, « en devenant mère, les femmes ont mal à tout ce qui meurt en elles », « perdre le bébé imaginaire pour s’attacher à l’enfant réel ».
    J’ai déjà oublié quelle taille faisait mon ventre en fin de grossesse et quelle sensation cela faisait de ressentir ses petits coups… j’y repense avec une nostalgie douloureuse qui prend à la gorge. On doit faire le deuil de la grossesse et du bébé sans visage qu’on a porté en l’imaginant pendant 9 mois, c’est bien vrai. J’ai tellement adoré être enceinte, malgré tous les soucis rencontrés, c’était un état de grâce surtout vers la fin et j’en reste frustrée que ça n’ait pas duré plus longtemps."

    Ça te parle certainement, je te souhaite une très belle fin de grossesse et un bel accouchement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles de deuil et tu as totalement raison, c'est précisément de ça dont il s'agit, d'autant plus quand on a apprécié être enceinte, et tu n'as pas à t'en vouloir d'avoir ressenti un décalage entre le bébé "du ventre" et celui que tu as eu dans tes bras après la naissance. C'est NORMAL, presque toutes les mamans ont d'ailleurs ce sentiment que c'est une nouvelle personne qu'on ne connaît pas encore. On perd effectivement son bébé imaginaire pour en découvrir "un autre" avec son visage, ses besoins, ses maux aussi (dans le ventre ils n'ont pas de problème de digestion et sont tellement dans leur bulle qu'ils ne connaissent rien à la faim, au froid ou à la séparation d'avec maman, donc forcément ils se comportent différemment...). Bref, on passe presque toutes par là mais en parler c'est libérateur et ça permet aussi et surtout à celles qui n'ont pas encore connu ça de relativiser et de se préparer à ce que tout ne soit pas tout à fait rose au cours des premières semaines.

      Merci pour ton témoignage.

      Supprimer
  4. Juste CA-NON ! Tu es rayonnante et les photos sont sublimes ! <3

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Mélissa. J'attends mon 2ème enfant. Ce sera probablement ma dernière grossesse et je n'ai presque aucun souvenir matériel de celle-ci. Très peu de photos, tout au mieux une dizaine depuis le test de grossesse. Je le regrette et serai sûrement vite et longtemps nostalgique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es encore enceinte si je lis bien, alors zou, sors ta plus belle tenue et demande à ton amoureux ou à une amie de réaliser quelques photos pour toi, tu n'auras pas de regrets comme ça ! Les souvenirs ça se fabrique =)

      Supprimer
  6. Les photos sont magnifiques, tu es magnifique :-)
    Je comprends déjà ce que tu ressens et je profite de chaque jour avec mon petit ventre qui pousse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ENJOY ! Ca passe vite mais qu'est-ce que c'est magique !

      Supprimer
  7. Coucou Mélissa, je me répète, mais la grossesse te va si bien. J’étais tellement épanouie durant ma grossesse, fière de ce ventre qui s'arrondi, fière de porter la vie et tout en admiration de la magie de créer la vie. Malgré mes 14kg je me sentais belle, je me sentais bien et n'avais aussi aucun complexes. Le syndrome du ventre vide, je connais, ça me manque beaucoup de sentir la vie grandir en moi, l'allaitement me manque aussi.
    Profite de ces derniers jours en "tête à tête" avec petit Renard :)

    Eva (frenchynippon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Eva,

      Merci beaucoup ! 14kg c'est pas énorme, tu sais, en moyenne on prend dans les 12kg je crois, c'est plutôt moi qui prends très peu ! Et puis c'est aléatoire selon les femmes, j'ai des amies qui ont pris +25kg pendant leur grossesse et ont tout reperdu après, ne te focalise pas sur le chiffre !

      En tout cas je comprends que tu te sois sentie belle et mieux que jamais dans ta peau, c'est dommage que ça passe si vite, une grossesse... l'allaitement aussi tu me diras !

      Supprimer
  8. Je me reconnais tellement dans ces mots... J'ai été pleinement moi-même enceinte et la sensation de ces petits coups résonnent encore en moi... Mais voilà, la semaine dernière j'ai passé l'étape fatidique du 9 mois dedans - 9 mois dehors et j'ai l'impression que ça fait une éternité. J'ai parfois l'impression que le monde est bien trop grand pour ma Lucie, et en même temps qu'elle est assez forte pour l'avaler à elle seule. Je compte avoir encore un ou des enfants, mais je suis déjà nostalgique à l'idée qu'il y aura forcément une fin à la maternité. Heureusement on reste pour toujours leur maman.
    Merci pour ces mots, les photos sont magnifiques, vous semblez rayonner j'en ai envie de sourire sans même vous connaitre.
    Camille (we-live)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Savoir qu'il y aura, tôt ou tard, une "fin à la maternité", comme tu dis, je reconnais que c'est aussi une vérité qui m'affecte tout particulièrement. Je voudrais pouvoir être enceinte, enfanter et allaiter indéfiniment, je me suis toujours sentie faite pour ça et me dire qu'un jour ce sera loin derrière moi, ça me serre le coeur mais bon... la vie c'est ça aussi, faut que je me fasse à l'idée, pas le choix !

      Merci pour tes compliments en tout cas, Camille, et savoure bien ta ou tes prochaines grossesse s'il y en a surtout, en n'oubliant pas de te créer des souvenirs !

      Supprimer
  9. Je partage totalement ton ressenti... J'attend actuellement mon premier bébé et jaccouche normalement mardi (césarienne programmée que j'ai du mal à accepter ...) Et depuis plusieurs semaines je suis déjà nostalgique avant l'heure car je sais que c'est bientôt fini et que mon ventre et ses petits coups de pied vont me manquer... Même si j'ai hâte de rencontrer mon fils :)

    RépondreSupprimer

Je lis absolument tous les commentaires, même si je ne peux pas forcément répondre à chacun d'entre eux - malheureusement. NB : il n'est désormais plus possible de commenter en "anonyme" (pour commenter, il faut juste créer un compte Google, c'est gratuit). De plus, les commentaires empreints de méchanceté gratuite / haineux / racistes - et j'en passe - ne seront pas publiés. Peace !