Onglets-menu

lundi 29 juillet 2019

Le 7e mois de bébé - Nuits galère et premier essai avec la baby-sitter !


Remontons encore un peu le temps pour revenir sur le 7e mois de bébé, c'est à dire sur le mois de mai 2019, en gros (pour rappel suite à ma pause de deux mois au printemps je te parle toujours de ses progrès avec deux mois de différé). Et ce 7e mois a, entre autres, marqué une grande étape plutôt du côté des parents que de bébé, d'une certaine manière...

lundi 22 juillet 2019

Allaitement : je réponds à vos questions (sans filtre !)

Photo de Jade Sequeval


La semaine dernière je t'expliquais comment et pourquoi mes allaitements ont tous duré neuf mois en moyenne. Me revoilà aujourd'hui pour répondre aux autres nombreuses questions que vous m'aviez posées sur les réseaux sociaux. De l'allaitement en public à l'état de ma poitrine après 27 mois à donner le sein en cumulé, je compte bien répondre à tout sans tabou !

mercredi 17 juillet 2019

Bientôt la fin de mon allaitement ?




Nous sommes mi-juillet, c'est à dire qu'au moment où je te parle, cela fait bientôt neuf mois que j'allaite mon bébé. Mon objectif pour le Petit Renard comme pour ses deux grands-frères était justement de l’allaiter neuf mois, et je n’en reviens pas de voir qu’on y est déjà ! Bon, par contre honnêtement, c'est pas une science bien précise, un allaitement, et à voir le nombre de questions qu'on me pose toutes les semaines sur les réseaux sociaux à ce sujet, je crois qu'il est vraiment temps que je t'en parle plus en détail. Il y a plein de choses à aborder à propos de l'allaitement, et ne t'en fais pas, je vais vraiment faire mon maximum pour t'éclairer au mieux de mes possibilités, à travers ce post et d'autres qui viendront plus tard. En tout cas, comme la fin de mon troisième allaitement semble approcher, je pense que le plus simple c'est de te parler de ces trois expériences et de te raconter un peu là où j'en suis aujourd'hui.

vendredi 12 juillet 2019

Quand les émotions débordent



Il y a quelques jours, j'écrivais ici à l'aîné de mes trois garçons. Un Petit Prince de six ans et demi, qui a traversé pas mal de choses pas drôles, comme, entre autres, deux années de surdité qui ont bousculé sa vision du monde, de lui-même, et de ses émotions. Et je ne sais pas toi, mais même moi, à 29 ans, il m'arrive encore d'avoir du mal à identifier clairement ce que je ressens, alors imagine un peu un enfant de 6 ans, qui de surcroît s'est retrouvé à demi coupé de la réalité à un âge où au contraire, il aurait dû s'ouvrir à la communication et à la découverte des sentiments. A l'heure actuelle, je ne tiens pas à entrer dans les détails des différentes conséquences que cette période compliquée a eu sur mon fils, beaucoup de choses restant encore floues et d'autres faisant trop partie de son histoire personnelle pour que je me permette d'en parler sur le net. Mais elles ont été importantes, elles ont bousculé son développement psychologique, elles ont sans le moindre doute accentué son hypersensibilité. Et aujourd'hui, comme depuis qu'on a découvert et traité sa surdité, on mène un combat de chaque seconde pour le soutenir dans l'accueil, l'acceptation et la gestion de ses émotions qui, si on ne l'accompagne pas, peuvent très vite le submerger.

lundi 8 juillet 2019

Petit Prince



NB : ce post est à écouter plutôt qu'à lire de préférence,
car la version audio contient une jolie surprise...

---


Petit Prince,

Depuis ta naissance, quand quelqu’un te découvre pour la première fois, presque systématiquement, ce qui revient, c’est à quel point tu ressembles à ton papa. Et les gens ont raison, moi-même, je la vois très bien, cette fascinante ressemblance physique. Et je l’adore, parce que ton papa, j’en suis éperdument amoureuse, plus encore que le jour où lui et moi on est devenu un couple. Alors le voir à travers toi, ça ne fait que confirmer à quel point je le trouve beau. Tes grands yeux bleus et ce regard tendre, ton épi sur le haut du crâne exactement au même endroit que lui, ton côté joyeux luron qui amuse volontiers la galerie - beaucoup de choses chez toi me rappellent combien j’aime ton papa. 

Cela dit, depuis quelques temps, c’est une sensation nouvelle que je ressens quand je t’observe : je commence à me retrouver un peu en toi. Et ce qui est plus génial encore, c’est que plus je te regarde, plus je distingue ces caractéristiques qu’on a en commun, plus je m’aperçois que tu as pris le meilleur de moi. Parce que des défauts, j’en ai à la pelle, mais toi, tu es un concentré de ces traits de caractère que j’aime chez moi. Et puis tu as plein d’autres qualités qui ne te viennent ni de ton papa, ni de moi. Elles sont ton exclusivité, elles sont tout aussi belles. Et c’est de ça dont j’avais envie de te parler, aujourd’hui, toi, mon Petit Prince aux yeux émerveillés.