Onglets-menu

lundi 25 mai 2020

Unboxing géant et racontage de vie !



Dans mon 5e mois de grossesse, je commence à "faire le nid", comme on dit, même si, faute de logement, je ne peux miser que sur de l'équipement et de la déco... mais qu'à cela ne tienne, ça ne m'empêche pas de me faire plaisir et même si je ne peux pas encore faire de peinture ! Et puis j'ai reçu plein de chouettes nouveautés aussi dont je vous parle dans cet unboxing-racontage-de-vie... qui j'espère te plaira !

lundi 18 mai 2020

L'Haptonomie



Aujourd'hui, nouvelle Interview Du Daddy, avec Denis au micro pour vous parler de notre expérience de parents, et de la sienne en particulier, en tant que futur-papa, avec l'Haptonomie. Cette pratique de plus en plus répandue n'en reste pas moins abstraite tant qu'on ne l'a pas tenté soi-même, mais pour l'avoir pratiquée à 3 et maintenant 4 reprises, je peux vous dire que c'est un moyen extraordinaire de découvrir son bébé en tant que personne bien avant la naissance et de nourrir un lien avec lui le plus tôt possible. Nous, ça nous a permis de devenir une vraie famille des mois avant l'accouchement et surtout d'impliquer le papa qui sans ça aurait peut-être eu du mal à s’investir dans la grossesse. On a essayé de répondre à toutes vos questions pour que vous puissiez mieux comprendre ce que c'est et quels en sont les bienfaits !

vendredi 15 mai 2020

Je lui coupe les cheveux ! (et heu...)



Ici, après plus de deux mois sans sortir... le confinement est prolongé (bien qu'un peu allégé, mais clairement ça change rien pour nous : RDV de grossesse toujours à distance ou en solo, pas de retour à l’école/crèche, pas de prêt immobilier donc pas de déménagement, etc. etc.). Toujours pas de coiffeurs non plus, alors, pour la tignasse de Denis, il était temps de faire quelque chose (y’en a qui avaient été surpris de le voir avec autant de masse la dernière fois !). Tout ça pour dire que, pour la première fois, on vous a filmé un « vlog maison », qui vaut plutôt le détour, je crois. Le problème avec une coupe de cheveux home-made, c'est que... c'est pas facile quand on a pas d'expérience et qu'on est pas du métier (et que les enfants sont dans nos pattes) ! Je me prononce pas sur le résultat, le lien est dans ma story mais… soyez indulgentes !

lundi 11 mai 2020

Avoir « une préférence », c’est mal ?



Me voilà à quelques jours de mon échographie du 2e trimestre. Que, Covid et confinement prolongé au UK obligent, je vivrai pour la première fois sur quatre grossesses, seule, sans le papa auprès de moi. Je vais être totalement honnête avec toi : c’est la première fois de ma vie, la première fois de toutes mes grossesses que je ne ressens pas cette impatience folle à découvrir si bébé est un garçon ou une fille. Pour plein de raisons (on va dire « à cause de 2019 » pour résumer), je suis bien plus préoccupée par la santé de ce bébé que par autre chose. J’ai hâte de le voir bouger, d’être rassurée quant à sa croissance, à son bien-être, voir ses petites mains, ses petits orteils, son profil, chercher déjà les premières ressemblances avec ses aînés… Mais la question du sexe de bébé, qui était déjà bien présente parmi nos proches et parmi vous pour notre 3e bébé, s’est posée encore plus souvent pour le 4e. Avec Denis on a un peu de mal à comprendre que ça puisse à ce point obséder les autres quand, pour nous, cette fois-ci, ça a encore moins d’importance que les fois précédentes, si ce n’est pas d’importance du tout. « Savoir » nous permettrait, comme pour les autres, de mieux nous projeter (et nous faciliter la tâche côté prénoms aussi, parce qu’au quatrième je vais te dire que c’est un casse-tête encore plus complexe, mais c’est une autre histoire !). Quand nous rêvions plus ou moins de n’avoir que des garçons pour les trois premiers, cette fois, c’est vrai qu’on est assez indifférents, on imagine aussi bien la fratrie en mode « boys gang » qu’en version « 1ère petite fille entourée de 3 frangins ». Dans les deux cas, ça promet d’être une sacrée épopée et on a avant tout hâte de les voir tous les 4 ensemble, c’est surtout ça qui suscite une grande impatience de notre part ! Donc qu'on choisisse ou pas de "savoir", on n'a pas de préférence, donc.

Mais avoir une préférence, au fait, c’est mal ?

vendredi 1 mai 2020

Déco : nos inspirations pour la chambre de Bébé Pumpkin !



Nous ne savons pas encore quel sera notre chez-nous quand bébé arrivera, mais ce n'est pas parce que plein de choses sont suspendues que ce bébé va attendre, lui ! Alors, comme pour ses 3 grands frères, c'est avec plaisir qu'on est plongés dans les recherches de la déco parfaite pour sa future-chambre... qui sera la sienne, tôt ou tard ! Aujourd'hui je partage avec vous notre cheminement pour en venir à choisir une chambre inspiration "Cendrillon"... mais mixte, puisque nous ne savons pas si bébé est un garçon ou une fille et que nous ne sommes mêmes pas sûrs de vouloir le savoir !